ApiAfrique


Présentation du projet

L’idée a commencé à germer dès 2011, au gré des séjours familiaux d’une des bénévoles, à Dakar . Les tas de couches jetables jonchant les routes et les plages nous ont poussées à agir pour trouver une solution ! Fortes de notre expérience et épaulées par notre partenaire ApiNapi, nous lançons avec elles la solution ApiAfrique!

Concrètement, ApiAfrique c’est :

– une filière de fabrication de produits réutilisables innovants au Sénégal (couches lavables modernes et serviettes hygiéniques en particulier),

– des emplois locaux, en privilégiant les femmes,

– des matières premières ouest africaines,

– un impact sur l’environnement grâce à la réduction des déchets,

– un impact sur l’autonomie des femmes et des jeunes filles sénégalaises grâce à des produits d’hygiène performants

 

Notre défit : passer directement aux serviettes hygiéniques et aux couches réutilisables modernes…en évitant au maximum la case « jetable » ! Tout comme une grande partie de l’Afrique est passée de l’absence de téléphone au téléphone portable ou de l’absence d’électricité à l’électricité solaire.

 

Après plusieurs mois de tests, d’étude de marché, de rencontres, nous avons nos prototypes, des partenariats avec 2 ateliers de fabrication locaux, nos premiers bénéficiaires et une ONG prête à commander pour eux. Nous nous apprêtons donc à démarrer le pilote ! Nous préparons, avec la société Frapadoc, un web-documentaire pour partager nos aventures, faire connaitre les solutions durables et mettre en valeur tous nos partenaires !

 

A quel besoin répond ce projet ?

 

Aujourd’hui l’Afrique se retrouve submergée par les déchets, en particulier plastiques, qui défigurent les paysages, découragent les touristes, posent des problèmes de santé pour les hommes et les animaux, et jouent un rôle important dans le phénomène de réchauffement climatique.

Les couches et serviettes hygiéniques jetables mettent en moyenne 400 ans à se biodégrader. Leur arrivée sur le marché Africain est catastrophique d’un point de vue environnemental.

La collecte et la gestion de ces déchets est évidemment primordiale, mais l’accent doit être mis en amont sur la prévention. Un déchet non produit n’aura pas à être collecté ni traité. Il est donc important de proposer des alternatives réutilisables.

 

 

Les produits d’hygiène de première nécessité sont encore très peu accessibles aux femmes et à leurs bébés.

Deux types de problèmes majeurs se posent :

– santé publique : les matières fécales des bébés ne sont pas suffisamment isolées.

– Autonomie : pour les femmes et les jeunes filles. Beaucoup d’entre elles manquent l’école ou ne peuvent pas poursuivre leur activité économique pendant leurs règles par manque de protections hygiéniques fiables. Voir, par exemple l’étude de l’ONU Femmes: http://wsscc.org/wp-content/uploads/2015/09/Louga-Etude-FR-LoRes.pdf.

 

ici la page concernant la collecte de financement participatif pour soutenir la phase de lancement du projet.

Et ici le récit de voyage de Marianne qui a accompagné le lancement de la production dans deux ateliers.

Enfin le blog ApiAfrique où vous retrouverez pleins d’articles.